Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2010

Anne HIDALGO et le financement politique, toute une histoire...

Hidalgo.jpgVoici un article du Canard Enchainé du 5 Mai 2010.

Et dire que Madame HIDALGO nous parle de la transparence de la gestion de la Mairie de Paris... Là c'est clair, c'est si transparent que c'est dans son journal...

La dauphine de Delanoë les doigts dans le béton

PREMIÈRE adjointe de Bertrand Delanoë et future candidate à la Mairie de Paris, la socialiste Anne Hidalgo renoue avec une bonne vieille méthode de financement politique. Comme à l'époque du chiraquisme triomphant, la dame a fait régler la facture de  son journal électoral par des promoteurs immobiliers. Mieux, ces sociétés, qui se sont offert à prix d'or des pages entières dans cette feuille que presque personne ne lit, continuent d'être en affaires avec l'Hôtel de Ville. Un mélange des genres d'autant plus détonant qu'Anne Hidalgo est" chargée de l'urbanisme et de l'architecture" à la Mairie.

 

Des bétonneurs ont ainsi acheté la quasi-totalité des 10 pages de pub (sur 32) du dernier numéro d’Objectif 15 ", destiné aux électeurs du XVème arrondissement. Bouygues, Vinci ou Nexity figurent sur la liste de ces bienfaiteurs. Tout comme le groupe Unibail, qui est justement en train de négocier deux gros dossiers avecla municipalité: le réaménagement des Halles et la construction de la tour Triangle, projet phare d'Anne Hidalgo pour le XVème arrondissement.

 

Une société d'économie mixte de la Ville de Paris, la SEM Paris-Seine, a aussi versé son écot en achetant une demi-page dans le numéro d'avril-mai et une autre dans le prochain. Le tableau est complet quand on sait que cette société compte, parmi ses administrateurs, une certaine Anne Hidalgo ...

 

En guise d'explication, un porte-parole de la première adjointe se contente de jurer au Canard que sa patronne et son cabinet ne se sont "pas du tout occupés de la publicité ". Et d'ajouter, avec une remarquable finesse: "Il n’y a pas eu de contrepartie" pour les promoteurs. Il fallait donc le préciser?

 

En fait, selon un schéma classique, les généreux annonceurs ont été démarchés par JLA Communication, une société qui fabrique "clés en mains et à coût zéro" des journaux électoraux, et se paie sur la manne publicitaire. Jacques Kalifa, le patron de cette boîte, qui n'a jamais publié ses comptes, assure vendre entre 2 300 et 4 200 euros la page de publicité dans le journal d'Anne Hidalgo tiré à 70 000 exemplaires.

 

Hervé Lihran

Commentaires

tiens tiens la partie ou etait expliquee que Lagarde et Bernard Debre ont la meme regie pour leurs journaux a ete sciemment oubliee...

Écrit par : Blatrine | 07/05/2010

Cher Blatrine,

Tu vois il n'y a aucune censure sur ce blog, ton commentaire est et restera en ligne... donc rien n'a été sciemment oublié...

De plus, toutes les références sur cet article sont disponibles donc il est possible de le retrouver sur Internet...

Ce qui est choquant, ce n'est pas que des personnalités (de droite comme de gauche) aient la même régie publicitaire que Madame Hidalgo. Cela on ne peut pas le critiquer. En revanche ce qui est choquant, c'est le mélange des genres que fait Madame HIDALGO, et les doutes sur ce que cela peut engendrer, d'un point de vue éthique et financier à la Mairie de Paris...

Pour finir, il faut avoir le courage de signer de son vrai nom "Baltrine"...

Bon week end.

Laurent RACAPE

Écrit par : Laurent RACAPE | 08/05/2010

Même remarque que Béatrice. Pour lire l'intégralité de l'article y compris ce qui concerne les pratiques d'élus UMP dans le XIIe et le XVIe on peut aller sur le site de cette association : http://www.accomplir.asso.fr/association/presse/20100505/canard-05-05-10.pdf

merci de ne pas dévoiler mon nom pour des raisons personnelles (et pas de courage)

Écrit par : LCParis11 | 10/05/2010

Les commentaires sont fermés.