Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2014

Intervention Conseil d'arrondissement 01/12/2014: Augmentation des tarifs dans les centres d'animation de la ville.

 

Centre d'animation, Paris 15,Mon intervention lors du Conseil d'arrondissement du 15ème le 01/12/2014 sur l'augmentation des tarifs dans les centres d'animation.

 

Monsieur le Maire,

Mes chers collègues,

 

 

Avant toutes choses je tenais à saluer le travail des équipes des centres d’animation du 15ème qui font leur travail avec passion et ce dans des conditions qui ne sont pas toujours optimales.

 

La hausse des tarifs dans les centres d’animation doit être étudiée d’un point de vue économique mais aussi d’un point de vue familial.

 

D’un point de vue économique, la création de tarifs 9 et 10 ainsi que la redéfinition des tarifs de la tranche 8 permettraient selon la Mairie de Paris une plus grande justice sociale. Ne nous y trompons pas, ces changements ne sont pour la Mairie de Paris qu’une opportunité de recettes.

 

En 2012, l’exécutif parisien avait déjà mis en œuvre des mesures contre les familles parisiennes:

- les tarifs des centres d’animation pour les tranches 6, 7 et 8 avaient été augmentés (de 2 à 10%)

- Suppression en 2012 toujours de la réduction de 20% appliquée aux familles pour l’inscription d’un 2ème enfant mineur.

 

Les centres d’animation étant gérés par des partenaires associatifs, cette révision des tarifs impliquera sans doute de renégocier ces contrats.

 

La délibération n’évoque absolument pas ce sujet, alors que nous pouvons légitimement penser que cette modification des tarifs aura un impact financier :

- Impact positif, si les familles restent usagers des centres d’animation, puisque cela augmentera les recettes du délégataire. Mais cette possibilité n’est pas crédible.

- Impact négatif, si les familles quittent les centres d’animation, qui verront leurs recettes diminuer.

 

Cette modification des tarifs risque de faire fuir les familles concernées vers l’offre privée. J’en veux pour preuve suite aux dernières hausses des tarifs le départ vers le privé ou l’arrêt d’activité de 20% des familles de la tranche 8 du 15ème arrondissement.

 

 

Or puisque c’est sur elles que reposel’équilibre budgétaire des centres d’animation, il y a fort à parier que sices familles se détournent des centres d’animation de la Ville, ces derniersseront contraints de réduire leurs dépenses : moins d’animateurs, moinsd’activités.

 

Sont ainsi remises en cause à la fois la qualité de l’offre des centresd’animation et la mixité socialeau sein de ces structures.

 

Notre arrondissement doit déjà pâtir d’un manque criant de centre d’animations au regard de la population du 15ème, nous ne pouvons envisager une baisse de la qualité de l’offre.

 

La justice sociale n’est certainement pas de faire fuir certaines catégories de familles vers le privé mais bien de fournir à tous nos jeunes une qualité de service irréprochable et favoriser l’intégration dans la future vie active grâce à une certaine mixité sociale et à la connaissance de l’autre.

 

 

Enfin, la famille est et doit rester une valeur refuge, surtout en période de crise comme actuellement. S’attaquer à la politique familiale, n’est certainement pas le meilleur signe à envoyer aux habitants de notre arrondissement qui doivent comme tous les français faire face à la crise et doivent déjà faire des efforts financiers suite aux nombreuses mesures et réformes négatives prises au niveau national ces derniers mois concernant la politique familiale.

 

Par conséquent, je vous invite mes chers collègues à voter contre cette délibération.

 

 

Laurent RACAPE

Adjoint au Maire du 15ème arrondissement de Paris en charge de la jeunesse

 

Les commentaires sont fermés.